D’un petit deux pièces à un grand studio - Fables de murs

architecture
&
immobilier
fables de murs
(
)
Aller au contenu
Année de réalisation : janvier 2018

Localisation : Vincennes
Surface : 27 m2
Durée de l’étude : 2 mois
Durée des travaux : 3 mois
Architecte d'intérieur : Laetitia Viallon
D’un petit deux pièces à un grand studio

Recherche d’un espace agréable à vivre

Etat des lieux :
Par rapport à un studio, les deux pièces ont l’avantage de pouvoir offrir une pièce de vie et un espace de couchage indépendant. Mais dans le cas de cet appartement, la répartition des surfaces et l’implantation des pièces rendent l’espace peu fonctionnel. Les pièces sont en enfilade, et la pièce de vie accessible en premier est trop petite par rapport à la pièce qui pourrait servir de chambre. Située sous les toits, la forme générale de l’appartement est complexe ; s’inscrivant entre le brisis des toitures et les boisseaux de cheminées, mais son avantage est d’offrir une vue imprenable sur les toits de Paris.
Objectif :
Les propriétaires destinent cet appartement à la location saisonnière. Désireux initialement de conserver un deux pièces, ils souhaitent avant tout un espace optimisé et agréable à vivre pour une personne ou un couple.  
Réponse de Fables de murs :
Sur le marché très concurrentiel de la location saisonnière, il est primordial qu’un élément distinctif émerge et mette en valeur cet appartement par rapport à un autre.
La mauvaise répartition initiale des pièces et l’impression étouffante d’une d’entre elles, incitent à ouvrir totalement l’espace pour créer un studio. L’avantage est de repousser les perspectives et l’inconvénient de supprimer l’espace intime de l’appartement.
Emprunt de tous ces paramètres, l’architecte va créer une cloison distinctive, pour délimiter l’espace de vie, de l’espace intime. Cette séparation ajourée est pensée comme un moucharabieh et réalisée dans une feuille d’aluminium découpée au jet d’eau.
Sa forme douce et blanche vient contraster avec le mur d’un bleu soutenu servant de tête de lit.
Elle s’inscrit dans la largeur et la continuité du lit qu’elle abrite.
La cuisine vient épouser les brisis du toit. En dessinant une ligne continue, elle contribue à simplifier le volume et à utiliser les moindres recoins. Cette ligne introduit la cloison distinctive et lie les deux parties du studio.
Cette cuisine est à la fois discrète pour ne pas envahir la pièce de vie, laisser place aux fonctionnalités du salon et modulable pour offrir un maximum de fonctions. Ainsi, le four est caché sous la fenêtre et une table télescopique se déploie pour accueillir 2 ou 3 convives.
Le chauffe eau est intégré dans un placard et la machine à laver/séchante prend place dans la salle d’eau.
Retourner au contenu