Peut-on encore améliorer le béton !

Le béton a-t-il un avenir dans la construction ?


Nous dirons les bétons, car il y a autant de béton que d’applications


Le béton comment ?

Matière connue depuis l’Antiquité, issus du latin bitumen, les bétons sont très répandus dans les constructions en Europe et dans le monde entier. Si dans la construction le béton n’est pas nécessairement une obligation, car l’acier, le bois l’aluminium, le verre, permettent aussi de nombreuses applications dans la construction ; il n’en n'est pas moins intéressant, car il autorise presque toutes les formes.

Aujourd’hui, les progrès de la science et des techniques créent de nouveaux bétons, à chaque problématique son béton. Un béton c’est un ciment, soit de classe naturelle, soit de classe artificielle, des agrégats, des adjuvants et de l’eau. Pour faire simple, suivant les cas la quantité de ciment, sa nature, la taille des granulats, la proportion d’eau, le type de liant seront paramétrés suivant la propriété attendue du béton et de l’environnement de l’ouvrage.

La nouvelle norme européenne EN 206-1 a défini 6 classes d’exposition suivant l’environnement.
Les agrégats, nommés aussi granulats, sont des produits inertes que l’on fixe à un liant pour constituer la colonne vertébrale du béton. Leur taille les distingue, on retrouve du plus fin au plus gros, les farines, les sables, les gravillons et les cailloux.
Le dosage des bétons, c’est à dire la quantité de liant à mélanger avec les agrégats en prenant en compte la composition granulométrique, implique le choix des grains suivant leurs grosseurs.
Les adjuvants, sont des produits chimiques conçus pour performer les caractéristiques des bétons. Il sont introduits au moment du « gâchage » et agissent comme rétenteur d’eau.

Suivant les cas, on cherchera à accélérer la prise du béton avec un accélérateur destiné à augmenter la vitesse de prise ou durcissement, ou à ralentir sa prise pour éviter les fissurations de retrait par forte chaleur. Ces choix ne modifient pas la résistance, ils agissent chimiquement.

Voilà, ces matières combinées à de l’eau s’agglomèrent et donnent naissance à une matière artificielle parfois plus solide qu’une roche ! Aujourd’hui, pour des questions d’environnement et la gestion d’un chantier le plus respectueux de notre planète, on recherche à améliorer la plasticité d’un béton en le plastifiant pour favoriser son moulage et réduire sensiblement le besoin en eau.

Les Romains utilisaient ce type de liant en travaillant des amalgames prélevés au pied du Vésuve à Pouzzoles ! Et c’est en 1818 que Louis Vicat inventa la chaux hydraulique artificielle en recréant des mélanges de chaux et d’argile en précurseur des ciments Portland.
 


Prenez contact avec nos architectes

Partagez votre projet avec nos architectes d'intérieur soit, par formulaire soit, par téléphone au 01 43 08 56 69.